Prévisions des éruptions

La prévision des volcans est encore difficile à établir. Mais, des signes précurseurs, tels que des petits séismes, la température et des émanations de gaz, permettent d'avertir l'arrivé d'une éruption. On peut ainsi évacuer les populations aux alentours. De plus, en 1983 sur l'Etna, on est arrivé à détourner le cours de la lave.

Vers la fin de l'année 1913 au Japon, des scientifiques sont arrivés à enregistrer les tremblements de terre. Lorsqu'ils s'aperçurent que le nombre de ces tremblements avait considérablement augmenté, ils décidèrent d'évacuer la population. C'est ainsi que le 12 janvier, l'éruption débutait par une énorme explosion . La ville, désertée par ses habitants, fut recouverte d'une épaisse couche de cendres et de blocs brûlants tandis qu'un sombre panache s'élevait dans le ciel jusqu'à plusieurs kilomètres. Ainsi, si l'homme n'est pas capable de maîtriser les éruptions volcaniques, il peut en revanche prévoir ces cataclysmes.

Divers moyens existent afin de prévoir ces éruptions. Le premier est peut-être l'instinct des animaux. On a souvent remarqué dans la chaîne volcanique des Virunga, en Afrique, que quelques heures avant le réveil d'un volcan, les animaux se taisent et fuient éperduement la région menacée. Mais les hommes ont inventé de nombreux appareils scientifiques qui remplacent les instincts des hommes et des animaux.

Le premier appareil est un sismographe, il sert à enregistrer les tremblements du sol. Cet instrument consiste en un pendule suffisamment lourd pour résister, grâce à son inertie et à son mode de suspension, aux mouvements du sol. Lors d'un tremblement, l'appareil reste fixe mais le sol bouge. Donc en installant, sous le pendule, un rayon lumineux dirigé sur un papier photographique. Il faut que le mouvement du pendule soit très rapide, afin que les oscillations dues à une secousse ne soient pas perturbées. Il s'y inscrira une ligne brisée caractéristique que l'on appelle un sismogramme.

Photo d'un sismographe:



Enregistrement d'un sismographe:



Mais, les tremblements de terre ne sont pas toujours dus à une éruption volcanique. C'est pourquoi les chercheurs ont trouvé des méthodes de mesure de dilatation du sol : les tiltmètres et les géodimètres. Ces derniers appareils utilisent un rayon laser qui permet de mesurer de grandes distances avec une précision très importante. Par exemple, sur un kilomètre, on peut mesurer une variation de 1 centimètre. Donc, en appliquant le laser à la mesure des changements du diamètre des cratères, on obtient une nouvelle méthode de prévision.

Il arrive souvent que la température des fumerolles d'un cratère augmente avant une éruption. C'est pourquoi les chercheurs mesurent la température et analysent les changements de composition des émanations gazeuses. Ils photographient aussi tous les points chauds du globe à l'infrarouge grâce à des satellites.

Il existe bien d'autres méthodes adaptées à des volcans particuliers. Ainsi, les savants savent que le magnétisme d'une roche diminue quand on la chauffe. Donc, selon eux, la baisse de magnétisme enregistrée serait due au magma qui s'élève dans la cheminée. Ils vont même jusqu'à prétendre que l'activité volcanique est liée avec les marées et le nombre de tâches solaires. Ce fait irréfutable n'a pu être expliqué, mais il est vrai que plus les tâches sur le Soleil sont nombreuses, plus les éruptions volcaniques sont fortes, et plus les explosions sont violentes.

La connaissance des savants sur les entrailles de la terre reste très modeste, mais un jour, peut-être, on arrivera à prévoir toutes les éruptions et à canaliser toute l'énergie issue du volcanisme.